Dark Waters – Le scandale du téflon vu par Todd Haynes

Todd Haynes (CarolLoin du Paradis) est certainement l’un des grands cinéastes américains actuel à n’avoir presque jamais installé ses intrigues dans son époque. Les ancrant systématiquement dans d’autres moments de l’Histoire américaine, Dark Waters fait déjà figure d’exception en racontant l’histoire vraie de Robert Bilott, des années 1990 à nos jours. Cet avocat spécialisé dans la défense des industries chimiques s’est retrouvé à cette époque en possession de documents attestant du comportement immoral d’une grande entreprise, DuPont, et des conséquences sanitaires catastrophiques sur la population américaine et mondiale. Continuer la lecture de « Dark Waters – Le scandale du téflon vu par Todd Haynes »

Un divan à Tunis – Retour aux sources

Un divan à Tunis nous plonge dans la vie de Selma (Golshifteh Farahani), une jeune femme franco-tunisienne, qui après ses études de psychanalyse, revient s’installer à Tunis pour y monter son cabinet. Les rires moqueurs de ceux qui n’y croient pas se font écho, face à son tableau de Freud qui rappelle à certains « un frère musulman », ou lorsque est mentionné sa profession à la coiffeuse du quartier, qui ne voit pas l’intérêt d’un tel cabinet puisqu’au salon de coiffure, en plus d’avoir parlé, les clientes ressortent avec « un beau brushing ».

Seulement, au lendemain de la fuite de Ben Ali et de la Révolution, le succès de Selma est fulgurant. Les clients affluent, et parviennent à mettre des mots sur leurs maux. Toutefois, la jeune femme déchante vite et les difficultés la rattrapent : défaut d’autorisation, administration à deux vitesses, elle doit affronter les obstacles administratifs et humains, dans un pays pour lequel elle en partie étrangère, alors qu’il constitue ses racines. Continuer la lecture de « Un divan à Tunis – Retour aux sources »

La Fille au bracelet – Le quotidien, le banal

Une journée à la plage, interrompue des policiers. La jeune fille part avec eux. À la situation banale initiale se substitue l’inhabituel : l’intervention policière se passe sans le moindre problème. La Fille au bracelet est, comme tout bon film de procès, d’abord un film sur le doute, et le spectateur y est plongé presque immédiatement. Il manque d’informations pour se positionner par rapport à des personnages qu’il ne connaît pas, d’autant plus pour le personnage principal dont il ne connaît ni l’identité ni le visage : celui d’une jeune actrice, Melissa Guers, véritable révélation du film. Derrière l’affaire, Stéphane Demoustier se passionne pour la réorganisation d’un quotidien, d’une vie familiale, raffinant alors son regard sur l’intime, au cœur de son sujet. Continuer la lecture de « La Fille au bracelet – Le quotidien, le banal »

Clermont 2020 – Savoir dire beaucoup avec peu

La 42e édition du Festival de Clermont-Ferrand, qui s’est tenue du 31 janvier au 8 février 2020, aura été marquée par l’habituelle excellence attendue de la plus grande réunion de courts-métrages au monde. Dans la diversité des œuvres présentées se dessinent des récurrences, à la fois sur l’état du monde, dans la manière d’aborder des sujets de société, dans leur désir sincère de raconter des histoires… Retour sur les quelques films que nous retiendrons de notre présence là-bas. Continuer la lecture de « Clermont 2020 – Savoir dire beaucoup avec peu »

Cuban Network – Fondu au noir sur un fiasco

Le titre peut paraître bien dur, mais il reste indulgent. Pour restituer le contexte, nous parlons du dernier film d’Olivier Assayas, présenté aux festivals de Venise et de Deauville, vivement chahuté et remonté depuis. Et le problème, c’est que tout ceci se sent en voyant le produit fini. Le film retrace l’histoire de plusieurs agents du régime cubain, véritables agents doubles, qui s’enfuirent avec esclandres de l’île pour rejoindre les contre-révolutionnaires à Miami… et ainsi devenir des espions de choix pour la Havane. Continuer la lecture de « Cuban Network – Fondu au noir sur un fiasco »

Les Filles du docteur March – Une fresque familiale réussie

Les Quatre filles du docteur March (ou Little Women en version originale) est un ouvrage majeur de la littérature « pour jeune fille » de la fin du XIXe et de tout le XXe siècle. Après une édition en poche en France assez tardive (dans les années 1950), cet ouvrage n’est plus de notre génération (nos grand-mères l’ont sûrement toutefois lu étant jeunes). Le défi alors, comme toute oeuvre artistique qui tente de réhabiliter ou de renouveler une histoire déjà connue et ancrée dans les esprits, est de faire du neuf tout en ne faisant pas trop vieilli. C’est justement quelque chose  qui était réussi dans l’adaptation récente de Perdus dans l’espace, dont nous vous parlions il y a quelques jours. Continuer la lecture de « Les Filles du docteur March – Une fresque familiale réussie »

Trois aventures de Brooke – Trois tableaux, trois opportunités de la vie

Que ceux qui s’inquiétaient de l’héritage du cinéaste français Éric Rohmer se rassurent : la jeune réalisatrice chinoise Yuan Qing, après Hong Sang-soo, vient rendre hommage au maître du marivaudage cinématographique. Si vous connaissiez déjà l’esthétique rohmérienne, vous serez en terre connue. Le plaisir que l’on peut prendre à se perdre avec Xingxi, jeune chinoise voyageant seule en Malaisie, est pourtant entier. Continuer la lecture de « Trois aventures de Brooke – Trois tableaux, trois opportunités de la vie »

Perdus dans l’espace – Aux confins épiques de la galaxie

Diffusée à partir d’avril 2018 sur Netflix, la série Perdus dans l’espace (Lost in Space en VO) a vu sa deuxième saison sortir pour Noël 2019. Nous avons donc pu retrouver pour notre plus grand plaisir la famille Robinson, le Dr Smith, Don West et la poule Debbie dans leurs aventures spatiales.

Remake d’une série de 3 saisons et 83 épisodes diffusée entre 1965 et 1968, ré-adaptée en film en 1998 (Lost in Space, de Stephen Hopkins, avec Gary Oldman et Matt LeBlanc), Perdus dans l’espace fait partie de ces œuvres trans-générationnelles, reprises et reprises sous différentes formes à travers les années. Continuer la lecture de « Perdus dans l’espace – Aux confins épiques de la galaxie »

Séjour dans les monts Fuchun – Prendre le temps pour saisir l’instant

Fuyang est une ville du sud-est de la Chine. Au cœur de nombreux événements historiques, elle est restée célèbre comme sujet d’une peinture du XIVe siècle de Huang Gongwang. Ce dernier réalisa un immense rouleau divisé en trois parties, dont l’une d’entre elle fut intitulée « Séjour dans les monts Fuchun ». Plusieurs siècles plus tard, le jeune réalisateur Gao Xiaogang l’invoque dans le cadre d’un projet faramineux, d’une ambition rare, un objet d’esthète absolument brillant. Continuer la lecture de « Séjour dans les monts Fuchun – Prendre le temps pour saisir l’instant »

Ils sont les meilleurs films de l’année 2019 selon le LYF…

Ils nous ont émus, nous ont touchés, bouleversés… Les membres de l’association LYF – Le Film Jeune de Lyon reviennent sur les films ayant marqué leur année de cinéma… Continuer la lecture de « Ils sont les meilleurs films de l’année 2019 selon le LYF… »