Perdus dans l’espace – Aux confins épiques de la galaxie

Diffusée à partir d’avril 2018 sur Netflix, la série Perdus dans l’espace (Lost in Space en VO) a vu sa deuxième saison sortir pour Noël 2019. Nous avons donc pu retrouver pour notre plus grand plaisir la famille Robinson, le Dr Smith, Don West et la poule Debbie dans leurs aventures spatiales.

Remake d’une série de 3 saisons et 83 épisodes diffusée entre 1965 et 1968, ré-adaptée en film en 1998 (Lost in Space, de Stephen Hopkins, avec Gary Oldman et Matt LeBlanc), Perdus dans l’espace fait partie de ces œuvres trans-générationnelles, reprises et reprises sous différentes formes à travers les années. L’idée d’en refaire une série pouvait très bien se ramasser vu le peu d’écho dont bénéficiaient les œuvres précédentes, cependant il faut avouer que le pari est réussi.

Le pari réussi d’une adaptation actuelle

Bien qu’elle se déroule par définition dans l’espace, Perdus dans l’espace traite de thèmes profondément d’actualité, comme savent le faire les œuvres de science-fiction : la famille Robinson fait partie d’une colonie envoyée sur le système Alpha du Centaure car l’air terrestre est devenu irrespirable suite à la chute d’un mystérieux astéroïde. Par une suite de péripéties (la série se révèle véritablement haletante), les Robinson « échouent » sur une planète inconnue, y rencontrent un être inconnu qu’ils appelleront le Robot puis tenteront de retrouver leurs congénères et de continuer leur voyage vers Alpha du Centaure.

Un conte familial fort en émotions

2019 oblige, la famille Robinson n’est plus une famille modèle américaine des années 1960, mais une famille des années 2020, recomposée, au bord de la rupture : l’occasion de montrer l’importance de liens familiaux au-delà des liens biologiques, le tout dans des situations d’urgence où l’important reste de se serrer les coudes face aux dangers qui viennent de l’espace, mais pas que.

Ainsi, le concept même d’équipage se retrouve ici pleinement : chaque membre de la famille a sa spécialité, et même ceux qui croient ne pas en avoir s’en découvrent de nouvelles. C’est une aventure initiatique collective, qui vous fera vibrer et verser vos petites larmichettes lors de quelques instants forts en émotions. Matt Sazama et Burk Sharpless remportent même le pari de rendre humain le personnage emblématique du Robot, pourtant vu et revu dans les œuvres de science-fiction, trouvant ici une nouvelle dimension et une sensibilité inattendue.

Dans tous les cas, vous ne vous ennuierez pas en regardant Perdus dans l’espace, bercés par une photographie et des décors à couper le souffle, embaumés par une musique de Christophe Lennertz (inspirée du thème de la série de 1965, composé par John Williams himself!). Pour mieux vous retrouver avec les vôtres, rien de mieux que de se perdre dans l’espace quelques heures le temps d’une saison.

Perdus dans l’espace (2 saisons, 2018-2019) de Matt Sazama et Burk Sharpless. Disponible sur Netflix.

Auteur : Pierre TRIOLLIER DU BROCHET

Président de l'association LYF - Le Film Jeune de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *