Cuban Network – Fondu au noir sur un fiasco

Le titre peut paraître bien dur, mais il reste indulgent. Pour restituer le contexte, nous parlons du dernier film d’Olivier Assayas, présenté aux festivals de Venise et de Deauville, vivement chahuté et remonté depuis. Et le problème, c’est que tout ceci se sent en voyant le produit fini. Le film retrace l’histoire de plusieurs agents du régime cubain, véritables agents doubles, qui s’enfuirent avec esclandres de l’île pour rejoindre les contre-révolutionnaires à Miami… et ainsi devenir des espions de choix pour la Havane.

Un film aux ambitions louables mais …

Un film historique est toujours un film ambitieux : on parle de costumes, de décors, souvent on en profite pour donner au film des allures de « révélations sur ce qu’il s’est vraiment passé ». Ici, on a tout ça. Mais ça ne marche pas. Les dialogues sont sans âme, prévisibles à trois kilomètres… quand ils ne sont pas coupés en plein milieu par d’immondes fondus au noir. Les acteurs principaux du film, Edgar Ramirez, Penelope Cruz et Gael Garcia Bernal, qui constituent à eux seuls un sacré casting, se retrouvent même dans une scène commune naïve et banale donnant des pulsions dépressives au plus optimiste des spectateurs.

Une construction narrative bâclée

Au bout d’une heure du (très long) métrage, on vous fait un récapitulatif des personnages et de l’action qui s’y déroule. A cela, vous avez deux réactions successives : d’abord, pourquoi soudainement le film vous explique tous les aboutissants de son sujet ?, puis un sentiment de gratitude envers le film de rendre vaguement intelligible une intrigue complexe et confuse.

Il est quand même problématique que le plus banal des traits de dialogue reste prévisible et que le cœur de l’action du film échappe à l’œil du spectateur.

Si ce n’est pas pour un mauvais nanar, vous pouvez sûrement vous abstenir d’aller le voir.

Cuban Network de Olivier Assayas, avec Penélope Cruz, Édgar Ramírez, Gael García Bernal. Sortie prévue le 29 janvier 2020.

Auteur : Pierre TRIOLLIER DU BROCHET

Président de l'association LYF - Le Film Jeune de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *