Dark Waters – Le scandale du téflon vu par Todd Haynes

Todd Haynes (CarolLoin du Paradis) est certainement l’un des grands cinéastes américains actuel à n’avoir presque jamais installé ses intrigues dans son époque. Les ancrant systématiquement dans d’autres moments de l’Histoire américaine, Dark Waters fait déjà figure d’exception en racontant l’histoire vraie de Robert Bilott, des années 1990 à nos jours. Cet avocat spécialisé dans la défense des industries chimiques s’est retrouvé à cette époque en possession de documents attestant du comportement immoral d’une grande entreprise, DuPont, et des conséquences sanitaires catastrophiques sur la population américaine et mondiale.

Genre typiquement américain, le grand film de révélations où le personnage principal se découvre le pouvoir de changer le monde vient réinterpréter le mythe fondateur du self-made man, du héros du quotidien. C’est en faisant consciencieusement son travail que le personnage principal découvre la vérité, et est soutenu dans sa mission par son patron et par sa femme, les deux organes au cœur de la société américaine : l’entreprise et la famille. Plus encore, on pourrait avancer que le film repose sur une lecture américaine du monde moderne. Film d’intérieur, s’y succèdent alternativement l’urbanité triomphante avec cette grande ville aux grattes-ciels écrasant la petite voiture du personnage principal, et les pavillons résidentiels de la petite bourgade de campagne. Deux paysages représentatifs aussi des milieux sociaux de leurs personnages : la bourgade ouvrière, populaire, face à la grande ville bourgeoise, riche.

Ce n’est pas n’importe quel American Way of Life qu’on nous montre effectivement, mais d’abord celui d’un avocat, aisé, au sein d’un groupe social privilégié – soirées, cocktails, hommes blancs aux cheveux grisonnants, puissants. Pourtant, le personnage de Mark Ruffalo vient d’ailleurs : on fait allusion à plusieurs reprises à ses origines, de cette petite ville ouvrière et industrielle contrôlée par DuPont. C’est aussi le retour d’un refoulé qui se révèle lorsqu’il décide, au nom de ses convictions, d’abord de trouver une solution pacifique avant d’agir concrètement contre ses anciens clients. Todd Haynes signe ainsi un film engagé mettant en valeur un acteur important, Mark Ruffalo, qu’on espère revoir plus souvent dans ce genre de production – lui qui a été révélé, on s’en souvient, dans des films indépendants magnifiques comme Eternal Sunshine Of The Spotless Mind de Gondry ou Zodiac de Fincher.

Dark Waters de Todd Haynes, avec Mark Ruffalo, Anne Hathaway, Tim Robbins. Sorti le 26 février 2020.

Auteur : Lucas NUNES DE CARVALHO

Vice-président de l'association LYF - Le Film Jeune de Lyon, responsable éditorial du blog "Le Film Jeune Lyonnais" et en charge du développement culturel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *