Jacques Rivette – Le cinéaste qui étudia le geste de création

Comprendre son propre processus de travail semble être pour un artiste une étape importante à en croire l’abondante littérature qu’ils ont tendance à laisser derrière eux. Journaux publiés, textes savants, auto-portraits ont permis de documenter de manière précise leurs processus, leurs motifs, leurs raisons, leurs quotidiens. Cette aspiration à peut être trouver l’essence même de leur processus n’a jamais porté ses fruits, et leur action garde une part de naturelle étrangeté, d’incertitude génétique.

Au cinéma, l’un des apports du groupe de cinéastes issu des Cahiers du cinéma au début des années 1960 fut certainement la prise en considération de leur propre situation de créateur. En tentant de comprendre ce qui suscite leur geste, chacun va tenter de donner d’y donner du sens, de manières différentes, théoriques ou esthétiques : interroger ses maîtres et sa filiation dans une Histoire du cinéma, chercher à comprendre l’influence des autres arts (notamment la littérature, ou la peinture) sur leurs propres œuvres… Jacques Rivette en est un parfait exemple tant son cinéma repose sur cette idée de la création, et sur ce désir de la filmer. En ressortiront des œuvres aux formes atypiques, permettant la pleine étude de son sujet : laisser le temps de la création se dérouler devant nos yeux, comme pour tenter de la saisir.

Continuer la lecture de « Jacques Rivette – Le cinéaste qui étudia le geste de création »

Le Massacre des Morts-Vivants – Déclin des vivants

La figure du zombie est quelque chose de proprement fascinant. Cet humain réanimé d’entre les morts a rapidement envahi mon imaginaire, et ce dès mes 9-10 ans, amenant aussi bien m’attacher qu’à fuir ce monstre. Le premier contact fut le jeu vidéo, Resident Evil, version 2002, où ces corps décharnés s’avançaient vers moi dans les couloirs d’un immense manoir. En décomposition, avec cette démarche étrange et vacillante pleine de maladresse, mais surtout avec ces bruits, ces râles. Cette incarnation de la mort et du devenir de notre corps, où le contrôle et la conscience n’est plus, le seul objectif étant de mutiler et de nourrir l’autre, m’accompagne depuis. Une sorte de passion qui m’a conduit à certainement vers d’autres œuvres, et en l’occurrence le cinéma.

Je suis toujours friand de films de zombies : aussi bien de ceux qui se rapprochent des racines haïtiennes du mythe, comme Vaudou de Jacques Tourneur, que de ceux qui prolongent la direction introduite par Romero avec sa saga des Morts-Vivants. Au milieu de tout ça restent des films d’exploitation européen surfant sur le succès de La Nuit des Morts-Vivants dès 1968, profitant du boulevard offert par Georges Romero qui attendra presque dix ans pour pouvoir en faire un autre. Une production abondante mais peu explorée à titre personnel, en dehors de quelques films de Fulci et quelques nanars de Bruno Mattei. C’est là que j’apprends que Shadowz, plateforme de SVOD axé cinéma « de genre », rajoute à son catalogue Le Massacre des Morts-Vivants de Jorge Grau. Une curiosité hispano-italienne que je voulais voir depuis quelques temps.

Continuer la lecture de « Le Massacre des Morts-Vivants – Déclin des vivants »

La Jetée – Histoire d’un instant

L’instant dans l’œuvre cinématographique, si l’on garde l’étymologie latine du mot instant, à savoir instans : ce qui est imminent, dérivé du verbe sto : être immobile, est alors pour moi l’image figée dans le déroulement filmé. Dans Le petit soldat (1963) de Jean-Luc Godard, le personnage de Bruno Forestier disait du cinéma : « La photographie cest la vérité. Et le cinéma cest vingt-quatre fois la vérité par seconde ». De cette phrase, nous ne retiendrons que la comparaison à la photographie. Le cinéma semble donc jumeau de la photographie en ce qu’il capte l’instant dans son mouvement. Il garde le déroulement au service de l’impression du temps par le spectateur. Je veux dire par là que l’image-mouvement mène à la conception de l’image-instant par le spectateur.

Le souvenir que j’ai de la vague du Finis Terrae (1929) de Jean Epstein, c’est celle d’un monde entre Ouessant et les pêcheurs de goémon, d’un monstre d’eau qui venait emprisonner Ambroise sur une île où le temps n’est que ce qu’il a. Le temps était ici allongé, je ne pouvais qu’attendre avec lui [Ambroise] que la mer se calme, que les vagues cessent, que le temps reprenne son cours une fois le vent levé. Capturer le mouvement de la mer revenait alors à saisir l’indompté, le sauvage, mais aussi le merveilleux que l’on peut percevoir face à cette étendue bleue infinie.

Continuer la lecture de « La Jetée – Histoire d’un instant »

Séjour dans les monts Fuchun – Récit au bord de l’eau

Le premier jour de l’année, je suis allé au cinéma. Je voulais sortir, prendre l’air, aller me promener, que ce soit au parc, en ville ou le long du Rhône. Je ne sais pas pourquoi, mais j’étais heureux, et je voulais partager ce moment avec quelqu’un. J’ai donc rejoins un ami qui habite à deux pas de chez moi. Au fil de la conversation nous vient l’idée d’aller au cinéma. Il ne nous reste qu’à choisir le film et la séance. Je remarque une affiche qui me fait penser aux films présentés au festival du premier film d’Annonay auquel nous allions, à la sortie du lycée, lorsque nous étions ensemble à l’internat.

Continuer la lecture de « Séjour dans les monts Fuchun – Récit au bord de l’eau »

Mais qu’avez-vous fait à Solange ? – Giallo : mode d’emploi

Alors que nous commençons une nouvelle décennie sous le feu d’une crise sanitaire, la fin 2019 a coïncidé avec la sortie en France le 27 Novembre du nouveau film de Rian Johnson Knives Out (A couteaux tirés en français). Le nouveau long-métrage du cinéaste derrière Brick, mais aussi Star Wars : Les Derniers Jedi, a la particularité d’appartenir au genre très précis du « Whodunit ». Une appellation qui tire ses origines d’une catégorie de romans policiers à énigmes très populaires au début du XXe siècle et qui avait pour illustre représentant quelqu’un comme Agatha Christie. Ces romans mettaient souvent en scène un détective amateur ou semi-professionnel qui devait résoudre un ou une série de meurtres où l’énigme et sa résolution prenaient une grande place à coup d’indices trompeurs et une révélation dans les dernières pages. Le genre au cinéma a fini en désuétude, progressivement remplacé par des thrillers et films policiers plus conventionnels alors que des cinéastes comme Sidney Lumet l’ont exploré dans des films comme Le Crime de l’Orient-Express, sorti en 1972. Les romans d’Agatha Christie furent récemment la porte d’entrée d’un retour avec une nouvelle adaptation par Kenneth Branagh, en 2017. Même si très imparfait, son succès commercial a sûrement favorisé la production du nouveau film de Johnson, lançant peut-être un retour progressif de ce type d’écriture. Continuer la lecture de « Mais qu’avez-vous fait à Solange ? – Giallo : mode d’emploi »

Recommandations en quarantaine – Shadowz

Voilà, depuis Mardi midi nous sommes confinés chez nous. Les plus casaniers ne seront pas forcément dérangés quand d’autres vont vivre long parcours du combattant. La quarantaine et la peur étant davantage assimilés à un cinéma horrifique voir fantastique, quoi de mieux que pour passer cette épreuve qu’une liste de films « de genre » à voir. C’est l’occasion aussi pour mettre en avant la récente plateforme française « Shadowz », mise en service il y a quelques jours et qui consacre l’intégralité de son catalogue au cinéma « de genre ». Tous les films qui seront mentionnés seront bien sûr accessibles sur la plateforme. Et bien commençons cette liste qui sera composée d’une dizaine de recommandations. Continuer la lecture de « Recommandations en quarantaine – Shadowz »

Ils sont les meilleurs films de l’année 2019 selon le LYF…

Ils nous ont émus, nous ont touchés, bouleversés… Les membres de l’association LYF – Le Film Jeune de Lyon reviennent sur les films ayant marqué leur année de cinéma… Continuer la lecture de « Ils sont les meilleurs films de l’année 2019 selon le LYF… »

Martin – Histoire d’une décomposition romantique

Alors que la fête d’Halloween vient de passer, il revêt quelque chose de particulier de parler d’un cinéaste comme Romero. Puissante figure du cinéma fantastique américain, il est mondialement connu pour avoir réinventé la figure du mort-vivant à la fin des années 60 avec Night of the Living Dead. Il dépassa la figure en lien avec la culture vaudou, magnifiquement mis en scène auparavant par Jacques Tourneur, dans les années 1940, avec I Walked With A Zombie. Transformant l’esclave sans conscience, travaillant dans les champs en une créature venant d’outre-tombe, il avait su insérer le trait si caractéristique du monstre : le cannibalisme. Le plus impressionnant, et involontaire, est que ces nouveaux monstres vont catalyser bons nombres de questionnements sociaux, comme les tensions raciales qui traversaient la société de l’époque. Après cette première réussite de Romero, s’en suivi deux autres volets d’une trilogie représentant une véritable montée en puissance, aussi bien en termes de moyens que d’ambitions et de thématiques. Dawn of the Dead est sorti en 1978 d’abord en Italie, avec une version européenne montée par Dario Argento et mise en musique par Goblin. Romero assuma complètement sa dimension politique et sociale dans Day of The Dead en 1985, résultat d’une production chaotique au budget réduit et au script initial complètement réécrit.

Œuvre majeure pour la figure du zombie, la trilogie de Romero vient de bénéficier d’une ressortie en salle et d’une projection lors du Festival Lumière. Le reste de la filmographie de Romero reste malheureusement méconnu. Il a adapté Stephen King, mis en scène des singes tueurs ou encore des chevaliers à moto. Surtout, il a repensé la vieille figure du vampire : c’est justement le film qui nous intéresse aujourd’hui. Certainement l’un de ces films les plus connus en dehors de ses films de zombie, et sûrement son meilleur film : Martin. Continuer la lecture de « Martin – Histoire d’une décomposition romantique »

Rétrospective Jim Jarmusch – « Do you know my poetry ? »

Ces trois dernières années, le cinéaste américain Jim Jarmusch n’a pas chômé : Paterson en 2016, Gimme Danger la même année, The Dead Don’t Die en 2019. C’est donc à pic que tombe cette rétrospective, qui nous invite à (re)découvrir les six premiers films du réalisateur, et se plonger dans une œuvre brillante de cohérence et de poésie.

Le monde du cinéma a découvert Jim Jarmusch avec Stranger than Paradise – Caméra d’Or au Festival de Cannes de 1984. Mais il ne faut pas oublier son tout premier film, un film de fin d’étude, Permanent Vacation (1980), qui annonçait déjà les inventions cinématographiques que le cinéaste allait pousser dans ses fils suivants : Jim y glissait ses premiers travellings latéraux, mouvement de caméra qu’il ne cessera de réinventer pour accompagner et soutenir ses personnages bancals et désœuvrés. Continuer la lecture de « Rétrospective Jim Jarmusch – « Do you know my poetry ? » »

Quels sont les films de l’année 2018 pour l’association LYF ?

Vous connaissez déjà le principe, vous avez sans doute déjà lu plusieurs classements et autres « top 10 » des meilleurs films de l’année cinématographique qui vient de s’écouler… Au sein de l’association LYF, on regarde des films – autant de cinéphilies qu’il y a d’adhérents, qu’ils soient étudiants en cinéma ou non, simple bénévole occasionnel ou rédacteur régulier pour le blog… Le nouvel an est l’occasion de revenir sur les films qui ont marqué l’année 2018. Quel était le film qui les a le plus marqué cette année ? Continuer la lecture de « Quels sont les films de l’année 2018 pour l’association LYF ? »