Cannes 2018 – BlacKkKlansman : contre l’absurde haine

Grand prix – Cannes 2018

La possibilité de parler de la haine et du racisme n’est pas donnée à tout le monde il semblerait bien, à fortiori dans l’ère de Donald Trump, de l’établissement de murs et de volonté de repli identitaire. Tout le monde s’accorde sur les maux, mais pas sur le remède. Pire, rares sont les films qui savent simplement poser le problème : Trump est élu et il faut lutter. Spike Lee, cinéaste engagé (au sens noble du terme), est justement en quête de longue date de constituer une pleine respectabilité pour les populations afro-américaines. Malgré une véritable traversée du désert d’une dizaine d’années (l’horrible remake de Old Boy,…), l’élection encore récente du bonhomme jaune à la présidence des États-Unis a réveillé le militant pour les droits civiques et il faut croire son inspiration au passage. Inspiration qui passe d’ailleurs par le fait que le film a été coproduit par Jordan Peele, fraîchement oscarisé pour son Get Out. Continuer la lecture de « Cannes 2018 – BlacKkKlansman : contre l’absurde haine »

Cannes 2018 – Une affaire de famille : l’affaire de Kore-eda

Palme d’or – 71e Festival de Cannes

La famille, c’est l’affaire de Kore-eda. De film en film, il étudie le quotidien, sa transformation, comprendre ce qui nous relie à des gens que nous n’avons pas choisi. Ce nouveau film est un coup de force. Pour la première fois (en tout cas, première fois depuis longtemps), le cinéaste japonais transcende pleinement les problématiques qui l’animent. La famille n’est pas à penser qu’à partir de deux axes, dans une logique binaire, autour du lien du sang et du lien social (ce qu’il fait dans Tel père, tel fils, un chef d’œuvre d’élégance et de précision). Ici, l’ambiguïté, la complexité, caractérisent son style. Sorte de film thèse, Une affaire de famille vise avec une certaine noirceur à comprendre la difficulté à saisir le concept de famille. Si je te nourris et que je t’aime, je suis ta famille, mais si nous sommes tes parents et que nous te battons, aux yeux de la société, je resterais ta famille. Est-ce que c’est immuable ? Est-ce qu’on ne pourrait pas apparaître et disparaître de la vie des autres ? Continuer la lecture de « Cannes 2018 – Une affaire de famille : l’affaire de Kore-eda »

Cannes 2018 – Introduction

Cette année encore, Le film jeune lyonnais a pu se rendre au Festival de Cannes ! Retrouvez ici l’ensemble des articles en lien avec la 71e édition du Festival de Cannes pendant les jours qui viennent…

Cannes 2018 – Une affaire de famille : l’affaire de Kore-eda

Cannes 2018 – BlacKkKlansman : contre l’absurde haine

Continuer la lecture de « Cannes 2018 – Introduction »

Hallucinations Collectives 2018 – Des sorcières ? C’est un peu magique en tout cas…

Les Hallucinations Collectives, c’est un peu un moment qu’on attend pour se nettoyer un peu les yeux devant des choses étonnantes, étranges, rares et difficiles à voir. C’est un grand bonheur très lyonnais qu’aller le week-end Pascal se faire sonner la cloche (la tête, ndlr) au Comoedia ! Et cette année, il y en avait des choses à voir !

À commencer par The Lords of Salem (2012) de Rod Zombie : un des moments forts de cette édition, la projection d’un film jamais sorti en salle mais devenu culte en quelques années, ce qui ne s’est pas démenti au vu du succès de la séance – organisée un mercredi à 15h ! De même, saluons la soirée Chic Corée : deux œuvres peu (en fait, pas) montrées en France : Welcome to Dongmakgol (2005) et The Fake (2013). Le premier, réalisé par Kwang-Hyun Park est consacré au déchirement entre les deux Corées pendant les années 1950, n’est pas sorti en France mais l’excellent bouche à oreille qui accompagnait le film s’est confirmé dans la salle. Quant à The Fake, réalisé par Yeon Sang-ho (Dernier Train pour Busan), il sortira en Blu-ray dans quelques semaines – film d’animation, industrie dans laquelle le réalisateur a commencé – a marqué plus d’un festivalier par sa noirceur. Certains en parlaient encore à la clôture, c’est pour dire… Continuer la lecture de « Hallucinations Collectives 2018 – Des sorcières ? C’est un peu magique en tout cas… »

Un poing c’est court, le festival du court-métrage de Vaulx-en-Velin

Un poing c’est court est un festival de courts-métrages francophone important de la scène régionale. Il fête cette année sa 18e édition, du 19 au 27 janvier 2018 ! 

Comme chaque année, ce sera au cinéma Les Amphis à Vaulx-en-Velin. Sur les 1500 films reçus, seulement 25 seront montrés en sélection officielle, étalés sur 4 programmes.

Pour cette édition, l’équipe vaudaise invitera le réalisateur Michel Ocelot (Kirikou, Azur & Asmar) à échanger avec le public à partir d’une carte blanche qu’il aura lui-même composé. Haïti sera par ailleurs mis en avant dans le cadre d’une soirée spéciale composée de 6 courts-métrages : une occasion de découvrir une cinématographie méconnue – voire même inconnue – du public français.

Seront aussi présentés une sélection de films d’étudiants le mercredi 24 janvier, ainsi qu’une « nuit du court » organisée le 26 janvier au soir.

Cette édition s’achèvera le 27 janvier par la traditionnelle remise des prix.

Pour découvrir le festival et toutes les informations

[Lumière 2017] – Melville, Moroder : les hommages de Lumière 2017 ! (Jour 6/7)

Nous fêtions, le 20 octobre dernier, le centenaire de la naissance de l’un des plus grands cinéaste français : Jean-Pierre Melville. Si son nom est très largement associé à celui de ses acteurs (Belmondo, Delon,…) et à un genre (le polar, dont il est le grand représentant français), on oublie parfois que ses héritiers se trouvent, pour certains, en Asie. Et oui : Melville s’exporte très bien ! On sait ainsi que les sud coréens et les hongkongais ont vu et se revendiquent parfois ouvertement de Melville. Park Chan-wook, Bong Joon-ho, John Woo – ce dernier ayant même réalisé un film-hommage, The Killer, « remake » du Samourai melvillien. Car « melvillien » est un mot qui existe. Un adjectif formidable, qui signifie qu’en France, il y a un cinéma noir. Dans ce cinéma noir, on s’habille en imperméable beige. Dans ce cinéma noir, on porte un chapeau en tout temps et même à l’intérieur. Dans ce cinéma noir, on regarde ses pieds en marchant rapidement dans les rues sombres des grandes villes. Dans ce cinéma noir, on va souvent vers la mort : une vie courte, mais intense, dédiée au crime, au jeu, aux femmes et à un rêve de vie meilleure. Continuer la lecture de « [Lumière 2017] – Melville, Moroder : les hommages de Lumière 2017 ! (Jour 6/7) »

[Lumière 2017] On se souvient de Wong Kar-Wai (Jour 8-9)

Le grand jour est enfin arrivé. L’amphithéâtre 3000 est bondé, les invités sont nombreux, tous réunis pour remettre le prix Lumière à Wong Kar-wai. Celui-ci s’est ainsi prêté au jeu du festival en retournant le lendemain le premier film et en venant à la cérémonie de clôture, à l’occasion de la projection en avant-première mondiale de la restauration de In The Mood for Love. Continuer la lecture de « [Lumière 2017] On se souvient de Wong Kar-Wai (Jour 8-9) »

[Lumière 2017] Friedkin, le Grandmaster ! (Jour 5)

Si Wong Kar-wai a été très discret durant sa présence à Lyon, William Friedkin, lui, ne l’a pas été (pour notre plus grand bonheur). Monologuiste hors-pair, il aura été par trois fois, au Comoedia, capable de tenir le micro sans interruption devant des salles pleines pour nous raconter l’histoire de ses chef-d’œuvre. Quel bonheur ce fut ! Accompagné par Samuel Blumenfeld, journaliste à Le Monde, n’avait guère qu’à lancer le réalisateur de L’Exorciste en une ou deux questions. Passionnant, Friedkin laissait même la possibilité aux personnes présentes dans la salle de poser des questions ! Inutile de dire qu’une présentation durait une bonne demi heure au moins… Ses films sont hors-norme, ce qu’il nous a raconté l’était aussi. C’est à se demander qu’est ce qui est vrai et qu’est ce qui est exagéré. Print the legend, comme on dit.

Continuer la lecture de « [Lumière 2017] Friedkin, le Grandmaster ! (Jour 5) »

[Lumière 2017] Mystérieux, Clouzot ? (Jour 4)

Cette année était aussi l’occasion de redécouvrir l’oeuvre d’Henri-Georges Clouzot. Réalisateur à la réputation de tyrannique, il n’en est pas moins l’un des plus grands cinéastes français de l’après guerre. Le Festival Lumière lui aura ainsi rendu hommage à l’occasion du centenaire de sa naissance et de la restauration d’un grand nombre de ses films – certains étant devenus particulièrement rares en salle. Cette rétrospective intégrale était de plus complétée par plusieurs films où Clouzot n’était que scénariste, et de quelques documentaires, directement consacrés au réalisateur (Le Scandale Clouzot de Pierre-Henri Gibert), ainsi qu’un documentaire sur la société de production La Continental (La Continental : Le mystère Greven de Claudia Collao), gérée par les allemands pendant l’occupation.

Revoir ses expérimentations pour le célèbre non-film (car jamais achevé) L’Enfer ne tombait pas dans l’oreille d’un sourd. Documentaire passionnant sur un fiasco monumental, le film dépeint à la fois la pensée d’un génie (il suffit de voir les rushs, seuls restes de cette tentative) mais aussi le pervers de la production cinématographique (Clouzot ayant eu pour ce film des moyens hors-norme : l’argent, les acteurs, la technique, le tournage avait même commencé). Il avait été, en fait, piégé par sa propre folie perfectionniste. Le cinéma, c’est aussi l’art des relations humaines, de leur gestion. Il faut avoir un sens de l’entreprise, de l’optimisation, garder un cap de socialiste même si l’on ne compte pas ses heures. Bref, que des choses que n’avait pas Clouzot. Continuer la lecture de « [Lumière 2017] Mystérieux, Clouzot ? (Jour 4) »

[Lumière 2017] Le cinéma est mort (Jour 3)

Commencer sa journée en entendant Bertrand Tavernier parler de cinéma, c’est toujours bien la commencer. Surtout quand il s’agit de découvrir un western rare, en 35mm, choisi personnellement par le réalisateur et cinéphile lyonnais. Ainsi, Le Salaire de la violence (Gunman’s Walk, 1958) de Phil Karlson est une œuvre remarquablement en avance sur son temps. Continuer la lecture de « [Lumière 2017] Le cinéma est mort (Jour 3) »