L’ACID à Lyon : sept films présentés au Comoedia du 4 au 6 octobre

L’Association pour le Cinéma Indépendant et sa Diffusion – que nous avions rencontré il y a bientôt deux ans – revient au Comoedia à Lyon. Cette reprise désormais traditionnelle début octobre sera l’occasion de rencontres et d’échanges avec des équipes de films et des représentants de l’association.

L’occasion de découvrir des propositions de cinéma fortes, des témoignages de notre époque, des œuvres prometteuses de jeunes cinéastes ou des raretés souvent peu visibles sur nos écrans. Parmi nos recommandations : Kongo, d’Hadrien La Vapeur et Corto Vaclv (qui sortira en salle en mars 2020), un documentaire sur un guérisseur africain accusé de magie noire. Une témoignage anthropologique étonnant où l’on parle d’esprits et de spiritisme, tout en dressant un portrait de l’Afrique contemporaine. La reprise de l’ACID donnera à certains une seconde chance de découvrir Vif-Argent de Stéphane Bahut, peut être un des plus beaux films de l’année passé malheureusement trop inaperçu auprès du public. Véritable invention poétique, mêlant fantastique et romance, Vif-Argent raconte l’histoire d’un jeune homme décédé rencontrant, alors qu’il est sous une forme spectrale, une femme dont il tombe amoureux. Enfin, dernier conseil : Mickey and the Bear, premier film de l’américaine Annabelle Attanasio – un portrait touchant de l’émancipation d’une jeune adolescente, face à son père brutal. Continuer la lecture de « L’ACID à Lyon : sept films présentés au Comoedia du 4 au 6 octobre »

Les Hirondelles de Kaboul – Le chant des hirondelles restées libres

Y’a-t-il déjà eu un Kaboul libre ? C’est en exergue ce qui ressort de conversations croisées au fil des Hirondelles de Kaboul, long-métrage d’animation réalisé par Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec. Un Kaboul en ruine, ravagé par la guerre, devenu le quotidien de ces familles, de ces enfants, de ces groupes d’hommes. Ces derniers s’amassent sur les places publiques pour assister – et participer – à une lapidation, devenue un spectacle de rue comme un autre. Les plus âgés se souviennent de la guerre contre l’Union Soviétique – même les plus anciens se souviennent qu’avant, c’était déjà la guerre. La paix et la liberté semblent des souvenirs lointains, un rêve entraperçu en passant devant de vieux bâtiments. Des traces ont survécu : cette librairie, ce « cinéma/théâtre », ou cette université dont on traverse les restes, comme des témoignages de ce qui a été, comme des témoignages de ce qui aurait pu être. Ce ton, ces accents que prend le film se retrouve dans son esthétique : cette peinture à l’aquarelle vient évoquer un souvenir, un trait doux où il manque quelque chose, l’espace n’est pas parfaitement rempli. Le dessin a quelque chose d’aérien. Continuer la lecture de « Les Hirondelles de Kaboul – Le chant des hirondelles restées libres »

FFJL 2019 – Cérémonie d’ouverture ce vendredi !

Pour la quatrième année consécutive, le Festival du Film Jeune de Lyon réunira pendant deux semaines une génération de jeunes réalisateurs – lycéens, étudiants, encore en école ou jeunes professionnels. Découvrez cette nouvelle édition – déjà exceptionnelle – à partir de 18h ce vendredi 20 septembre, à l’auditorium Malraux (Université Lyon 3 – Jean Moulin) !

La cérémonie, en présence de l’équipe du Festival, sera suivie par la projection de Jeter l’ancre un seul jour (2018), court-métrage du président du jury fiction Paul Marques Duarte.

Jeter l’ancre un seul jour (2018) de Paul Marques Durate

La cérémonie d’ouverture du Festival du Film Jeune de Lyon 2019 aura lieu à partir de 18h le vendredi 20 septembre à l’auditorium Malraux (24 rue du Professeur Rollet, 69008 Lyon).

Plus d’informations ici !

Une Fille Facile – Vacances au goût amer

Sofia (Zahia Dehar) retrouve sa cousine Naïma (Mina Farid) à Cannes, le temps d’un été. Nous suivons leurs aventures, à la croisée des mondes : Naïma est une jeune fille issue d’un milieu populaire, et Sofia, dont on devine le métier d’escort girl, nage dans le milieu aisé. Lors de ces vacances, elles rencontrent deux hommes, riches, et nouent une relation avec eux.

Entrons dans le vif du sujet : j’ai passé un bon moment, j’aime le côté vintage de l’image, la musique, les sons, les paysages. La forme est belle, on se sent à Cannes : soleil, plage, soirées, cette ambiance légère qui nous a tous déjà fait tiquer – « tiens, je me sens en été ». Le choix des acteurs est judicieux et appréciable : Rebecca Zlotowski l’a soulignée elle-même, le choix de Mina Farid comme une jeune femme moins « tape à l’oeil », pas très sexualisée, qui incarne parfaitement l’image de l’adolescente « comme tout le monde »; Zahia Dehar, personnage sulfureux mais qui revendique l’acceptation de soi, de son corps, de sa liberté sexuelle. Nuno Lopes (André) et Benoît Magimel (Philippe) dont les personnages sont loin des clichés bourgeois. Continuer la lecture de « Une Fille Facile – Vacances au goût amer »

Once Upon a Time in Hollywood – Le nouveau conte de Tarantino

Attention, cette critique contient des spoilers importants sur le contenu du film.

Quentin Tarantino, nous le savons, c’est le gars qui aime exalter les références qui ont construit son propre cinéma. Du western-spaghetti aux monstres d’Universal Studio en passant par le film de Kung-Fu, sa filmographie est un véritable pot-pourri d’idées revisitées par la patte Tarantino. Amoureux du cinéma qui séduit les amoureux du cinéma, son neuvième et avant-dernier film dévoile plus que jamais cet éloge du 7e art. Ce qui fait la grande force de ce nouveau long-métrage, c’est sa capacité à s’approprier ses références pour les mettre au service d’une œuvre propre particulièrement personnelle. Continuer la lecture de « Once Upon a Time in Hollywood – Le nouveau conte de Tarantino »

Rétrospective Mizoguchi – Au bonheur des dames

Édit du 24 septembre : le distributeur Capricci a mis en place un crowdfunding pour financer l’édition du coffret contenant les huit films de Mizoguchi, ainsi qu’un livre inédit contenant textes, photos et entretiens avec les collaborateurs du réalisateur. Pour soutenir le projet et pré-acheter le coffret : cliquez-ici !

C’était certainement l’un des événements de l’été : la ressortie en salle de huit chefs-d’œuvre du maître japonais Kenji Mizoguchi. Trop rares sur les écrans français, certains de ses films étaient même devenus quasi-invisibles, même sur support physique. La restauration de ces classiques, tournés entre 1951 et 1956 (année de la mort du réalisateur), était une occasion de se replonger dans la densité de son regard, aux propos complexe et toujours aussi puissant. Continuer la lecture de « Rétrospective Mizoguchi – Au bonheur des dames »

Halte – La nuit précède le chaos

L’univers du cinéaste philippin Lav Diaz est principalement un univers sombre, baignant dans un clair-obscur irréaliste, où les personnages sont traversés par la fatalité de leur condition. Celle-ci s’avère souvent sociale et politique, Lav Diaz ayant à coeur d’ancrer son cinéma dans l’Histoire de son pays et de lui trouver des échos actuels en dépit de projets pouvant, au premier abord, surprendre le spectateur non préparé. Après sa comédie musicale La Saison du Diable l’année dernière, il revient ainsi avec Halte, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs en mai dernier. Encore une fois, c’est un portrait de son pays qui se dessine tout au long de l’œuvre. Dirigé par un président fou se croyant divin, un régime autoritaire réprime son opposition par les armes et surveille sa population ravagée par une maladie mystérieuse. Le monde est plongé dans une nuit permanente comme pour marquer symboliquement la noirceur de cet avenir proche que nous montre le film. Continuer la lecture de « Halte – La nuit précède le chaos »

Yves – Critique d’un monde technologique

La question de l’intelligence artificielle est plus que jamais d’actualité et le fait de savoir si elle risque de s’immiscer dans notre quotidien fait d’autant plus débat. Pourtant Jerem (interprété par William Leghbil) accepte sous son toit cette intelligence, qui d’une manière effrayante, surpasse l’humanité. Ce n’est cependant pas un robot doté de pouvoirs mais bel et bien un réfrigérateur, dénommé Yves. C’est parce que Jerem a un profil atypique, rappeur raté qui vit dans la maison de sa grand-mère, que So (Doria Tilller) lui propose d’être le testeur d’Yves. Il s’avère que le chanteur accepte uniquement Yves pour une raison qui correspond bien à son caractère de « flemmard » : Yves commande les repas qui sont ensuite livrés tout simplement et gratuitement. Continuer la lecture de « Yves – Critique d’un monde technologique »

Portrait | Hugues Marcos – Directeur général du Festival du Film Jeune de Lyon

Nommé le 1er décembre 2018 directeur général du Festival du Film Jeune de Lyon, ce vice-président de l’association LYF se retrouve, à 19 ans, à la tête d’un des grands rendez-vous cinématographique de la rentrée à Lyon.

La silhouette fine, les épaules larges, la démarche hésitante mais toujours le sourire franc, c’est ainsi qu’Hugues Marcos se promène à nos côtés. Depuis décembre à la tête du Festival du Film Jeune de Lyon, celui qui fut l’un des fondateurs de l’association LYF en 2016 a également présidé pendant plusieurs éditions le Festival Luciole, festival du film lycéen de la Martinière Monplaisir. Portrait. Continuer la lecture de « Portrait | Hugues Marcos – Directeur général du Festival du Film Jeune de Lyon »

The Doors – Love, death, travel, revolt, chaos

En 1991, 20 ans après la mort de Jim Morrison, Oliver Stone s’empare de son histoire et de celle de son groupe. Un groupe aussi composé de Ray Manzarek, claviériste, Robby Krieger, guitariste, et John Densmore, batteur. Un groupe qui, dans ses chansons, parlait tout autant des bienfaits et des dangers de la drogue, de fascination pour la mort, d’amour fougueux et de souvenirs mélancoliques, le tout accompagné d’une maîtrise instrumentale hors du commun. Ce groupe, c’est les Doors et en seulement cinq ans de carrière, ils ont changé l’histoire du rock.

« Love, death, travel, revolt, chaos. » est une des célèbres phrases prononcées dans le film par Val Kilmer, qui interprète le poète, chanteur et leader des Doors, Jim Morrison. Une phrase qui résume autant la carrière du groupe que le film éponyme. En effet, pour retracer la trépidante mais courte histoire du groupe, le film choisit de l’aborder thématiquement. Chaque scène sera donc une occasion de montrer un instant de vie, souvent intense, mais aussi d’aborder les motifs récurrents abordés dans les chansons du groupe.

The Doors (1991) de Oliver Stone | Distribution : Carlotta Films

Continuer la lecture de « The Doors – Love, death, travel, revolt, chaos »