Joker – Une tragédie humaine portée par un surhomme

Michael Moore (Bowling for Columbine, Fahrenheit 9/11) défend un film « d’utilité publique » dans le contexte de la polémique déclenchée par le film. Il s’est évertué à dénoncer cette hypocrisie qui voudrait qu’on ait peur d’un film plutôt que de ce qu’il dénonce, car c’est bien ce qu’il dénonce qui est au cœur du problème.

Enthousiasmé par ce retour d’un cinéaste que j’adule, je me suis précipité à la première occasion pour voir ce tant attendu Joker de Todd Philips, avec Joaquin Phoenix. Lion d’Or à la Mostra de Venise (plus ancien festival de cinéma du monde s’il faut le rappeler), une interprétation de Joaquin Phoenix portée aux louanges, tout était là pour me plaire.

Continuer la lecture de « Joker – Une tragédie humaine portée par un surhomme »

Cannes 2018 – Under the Silver Lake : tout ceci est mensonge

Compétition

Note : A24 a annoncé, le 1er juin 2018, décaler le film de six mois en vue d’un remontage, suite à l’accueil assez froid fait par presse américaine au film. La critique a été réalisé à partir de la version présentée au 71e Festival de Cannes.

Les mystères sont faits pour être résolus et notre monde est par endroit trop rationnel pour laisser libre court à l’extrapolation, l’affabulation, le plaisir de la réflexion – et parfois du délire qu’elle peut susciter. Dans son deuxième long-métrage, David Robert Mitchell impose sa patte, son style, mêlant à la fois le cinéma noir classique hollywoodien, la pop culture, l’étrangeté Lynchienne, c’est en somme un voyage extraordinaire de 2h30 dans cet univers où règne la folie qu’est Hollywood. Continuer la lecture de « Cannes 2018 – Under the Silver Lake : tout ceci est mensonge »