Amanda – Mélancolie et scoubidou, un drame parisien contemporain

« Telle est la vie des hommes. Quelques joies, très vite effacées par d’inoubliables chagrins. Il n’est pas nécessaire de le dire aux enfants. » Marcel Pagnol, Le château de ma mère

Le film débute sur un quotidien contemporain du mois d’août dans le XXe arrondissement de Paris. Le trio formé de la mère, Amanda sa fille, et David, le jeune oncle fonctionne avec fluidité, et le bonheur simple et insouciant est souligné par l’utilisation de lumières chaudes. Ils évoluent dans une capitale non fantasmée. Le réalisme du contexte pénètre complètement la narration. En effet, noms de rues, enseignes d’établissements, sont autant de signes sémantiques ayant une réelle importance au sein de l’histoire. Ils représentent ainsi beaucoup plus que de simples décors, la rue et ses commerces semblent s’apparenter à des personnages de second plan. C’est une légèreté qui demeure cependant suspecte pendant les vingts premières minutes. Après le drame, le corps manquant du trio ne pourra pas être remplacé. Amputé de son membre central, le duo tente de consommer son deuil bancal en voguant d’appartements en centres spécialisés, en quête de réponses. Cependant, c’est un ballet de personnages secondaires qui viendront tour à tour, aux moyens de pansements, apporter des soutiens doux aux deux personnages orphelins. Continuer la lecture de « Amanda – Mélancolie et scoubidou, un drame parisien contemporain »

Le Grand Bain – Plonger pour garder la tête hors de l’eau

« Il ne faut pas oublier que, le jour du déluge, ceux qui savaient nager se noyèrent aussi. » – Ramon Gomez de la Serna

Un bassin de faïence remplit d’eau chlorée, sept acteurs désabusés, bedaines et bonnets. Lellouche signe avec Le Grand Bain l’histoire de sept anti-héros magnifiques et des femmes qui les aiment, qu’elles soient leurs épouses, leurs filles ou leurs coachs.

Le film entier semble être construit sur la dualité corps/parole. En effet, là où le discours peine à verbaliser un mal-être, le corps exulte et se libère. Une fois que le corps des acteurs reprend la pesanteur de la terre dans les vestiaires ou le sauna, l’ineffable finit par se formuler en groupe. Chaque personnage semble d’ailleurs être isolé en dehors du lien social créé par la piscine. Continuer la lecture de « Le Grand Bain – Plonger pour garder la tête hors de l’eau »

Cannes 2018 – Un couteau dans le cœur : déchirante déception ?

Compétition officielle

Yann Gonzalez incarne ce renouveau du cinéma français, d’un cinéma plus personnel et esthétique, un cinéma dont le cœur balance entre les cultures underground et le cinéma expérimental. Son précédent long-métrage, Rencontres d’après minuit, était un objet unique en son genre mêlant la poésie d’un texte lyrique avec des thèmes s’articulant autour de la mort, de la sexualité, d’un désespoir profond et d’une croyance extraordinaire dans un cinéma différent. Bertrand Mandico, dont ses Garçons sauvages s’inscrit dans ce courant et a été un joli succès en salle cette année, incarne justement un réalisateur dans le film : tout se mêle, tout est lié, tout se fait écho, au sein de ce renouveau. On attendait beaucoup de ce Couteau dans le cœur, de ce qu’il oserait, tenterait, serait capable de faire. Sans doute que la compétition officielle à Cannes fragilise les films, surtout les œuvres les plus radicales. Cela expliquera sans doute une légère déception de voir que le film joue de codes convenus, assez classiques, malgré son univers personnel et la présence des ingrédients qui faisaient le sel de ses précédents projets. Continuer la lecture de « Cannes 2018 – Un couteau dans le cœur : déchirante déception ? »

[Lumière 2017] Mystérieux, Clouzot ? (Jour 4)

Cette année était aussi l’occasion de redécouvrir l’oeuvre d’Henri-Georges Clouzot. Réalisateur à la réputation de tyrannique, il n’en est pas moins l’un des plus grands cinéastes français de l’après guerre. Le Festival Lumière lui aura ainsi rendu hommage à l’occasion du centenaire de sa naissance et de la restauration d’un grand nombre de ses films – certains étant devenus particulièrement rares en salle. Cette rétrospective intégrale était de plus complétée par plusieurs films où Clouzot n’était que scénariste, et de quelques documentaires, directement consacrés au réalisateur (Le Scandale Clouzot de Pierre-Henri Gibert), ainsi qu’un documentaire sur la société de production La Continental (La Continental : Le mystère Greven de Claudia Collao), gérée par les allemands pendant l’occupation.

Revoir ses expérimentations pour le célèbre non-film (car jamais achevé) L’Enfer ne tombait pas dans l’oreille d’un sourd. Documentaire passionnant sur un fiasco monumental, le film dépeint à la fois la pensée d’un génie (il suffit de voir les rushs, seuls restes de cette tentative) mais aussi le pervers de la production cinématographique (Clouzot ayant eu pour ce film des moyens hors-norme : l’argent, les acteurs, la technique, le tournage avait même commencé). Il avait été, en fait, piégé par sa propre folie perfectionniste. Le cinéma, c’est aussi l’art des relations humaines, de leur gestion. Il faut avoir un sens de l’entreprise, de l’optimisation, garder un cap de socialiste même si l’on ne compte pas ses heures. Bref, que des choses que n’avait pas Clouzot. Continuer la lecture de « [Lumière 2017] Mystérieux, Clouzot ? (Jour 4) »

L’Atelier – Comment sauver la jeunesse de la colère

Laurent Cantet, c’est un peu le cinéaste d’un film. C’est triste à dire mais c’est vrai : sa consécration avec la Palme d’Or d’Entre les murs en 2008 était un cadeau empoisonné. D’un film sociologique, son cinéma est devenu irrigué de thèmes tels que l’intégration, la jeunesse, son ressenti sur le monde. C’est d’autant plus flagrant dans son nouveau film, L’Atelier, qui malgré ses réussites, peine à faire oublier sa troublante ressemblance par moments.

L’élément le plus flagrant est au cœur même du film et lui donne même son nom. L’Atelier, c’est un atelier d’écriture, un stage pour des jeunes en rupture avec le système éducatif traditionnel et qui n’arrivent pas à trouver du travail. L’atelier est donc une chance d’accomplir quelque chose de marquant (écrire un livre ensemble) alors qu’un des personnage confie qu’il n’aurait jamais pensé publier un roman un jour. Cet atelier fonctionne comme une salle de classe : les jeunes échangent entre eux, leur regard de la société, face à un médiateur, le professeur, ici une romancière (Marina Foïs), ancré dans un tout autre milieu social.

 

L’environnement a ici une place beaucoup plus riche quand dans Entre les murs. En effet, le film se déroule à La Ciotta, ancienne ville industrielle ayant connu des fermetures de chantier massives et subie désormais un chômage très important, notamment chez les jeunes. L’écriture devient ici une échappatoire (« faire de ton quotidien une aventure »), et ses vertus sont longuement abordées dans le film. Et quel quotidien ? Celui de docks en ruine. Comment se construire dans cet environnement ? Difficilement : l’atelier l’illustre. L’image qu’ont ces jeunes de leur propre ville s’avère intéressante, avec cette tension entre nostalgie (il y avait du travail avant, et on en était fier, comme en témoigne ce grand-père) et un pessimisme haineux (se retrouvant concentré dans le personnage de Matthieu Lucci, véritable découverte du film).

Ce pessimisme est le principal sujet du film. Il s’agit d’interroger la radicalisation des comportements d’un individu. Elle passerait ainsi par le désespoir d’une jeunesse désillusionnée, ne trouvant un répit que dans les extrêmes. Ici, le personnage de Matthieu Lucci cultive sa propre colère et fini par être transformé par cet atelier. Le fait d’extérioriser celle-ci (dans un style que Virginie Despentes n’aurait pas renier). Transformé au point de changer ? Non, au point de préférer changer d’air, de lieu, peut être de vie. Sorte d’ouverture sur le monde, la mer illustrant le trouble des personnages, elle est aussi l’échappatoire (il part en bateau). Quand au personnage de Marina Foïs, elle rappelle la figure œdipienne : rien de sexuel là dedans, mais tout de même, il y a un désir indéniable qui parsème le film.

Si L’Atelier n’est pas le chef d’œuvre de Laurent Cantet, ce n’est pas non plus un échec. Il s’agit peut-être simplement d’un amer goût de déjà vu qui s’empare du spectateur connaisseur. Un néophyte trouvera ici une bonne porte d’accès vers son cinéma.

L’Atelier (2017) de Laurent Cantet, avec M. Foïs, M. Lucci. Sortie le 11 octobre 2017.

Le Sens de la fête – Un film Intouchable, une réussite incontestable

Dire qu’il a tout du grand film populaire est presque un euphémisme. Le nouveau film d’Olivier Nakache et d’Éric Toledano, après Intouchables, était un véritable défi sur de nombreux aspects. Et c’est une réussite.

Et il nous faut appuyer sur ce mot populaire, ne le nions pas. Et ce n’est pas un défaut : très loin de là. Par populaire, j’entends qui possède une capacité d’identification pour le spectateur très forte : le sujet, ici, l’est par excellence. Quiconque s’est déjà rendu à un mariage en reconnaîtra certains aspects, des demandes musicales incongrues de la part des personnes âgées au discours un poil trop long du marié. Le fait d’avoir choisi de raconter un mariage vu depuis l’équipe qui l’organise est d’ailleurs un choix méritant car il permet d’en découvrir les coulisses (et notamment, le coup des feuilletés aux anchois, particulièrement savoureux). C’est surtout l’écriture qu’il faut d’ailleurs saluer, particulièrement dense car elle repose sur un ensemble de sous-intrigues articulant les relations entre les différents personnages et leurs évolutions tout au long de la soirée. Ces personnages, une véritable galerie loufoque : Max le patron (Bacri, même si c’est encore et toujours le rôle du râleur), Adèle sa seconde (Eye Haïdara), Guy le photographe (Rouve), James le DJ (Lellouche), Josiane amante du patron (Suzanne Clément), le jeune marié (Benjamin Lavernhe), l’ex-prof de français (Vincent Macaigne)… Non seulement aucun n’est sous-employé, chose admirable, mais tous sonnent toujours juste.

Au-delà de la comédie, Le Sens de la fête est d’une grande finesse. Il s’agit, dans ce mariage, de deux France qui se regardent. La France bourgeoise, incarnée par les mariés et leurs invités, face à la France du travail, celle de la troupe. Il est intéressant de voir les relations qui se dessinent entre les deux groupes. Les mariés exigent par exemple que les serveurs soient habillés en laquais (type 17e siècle), comme une manière de les renvoyer à leur position (celle de servir). Le jeune marié interdit au DJ de demander « de faire tourner les serviettes », exigeant de son mariage une certaine distinction. Lorsque deux serveurs (William Lebghil et Kévin Azaïs, de nouveau côte à côte après Les Combattants!) voient le jeune marié préparant une sorte de ballet, c’est l’incompréhension (« On dirait qu’il fait l’oiseau »). Il s’agissait, de fait, d’une surprise pour sa compagne : rien n’indiquant son métier, peut-être qu’il est danseur, ceci expliquant cela ?

Le fait est que le personnage du jeune marié est lui-même tout à fait intéressant, puisque sa volonté de tout contrôler va jusqu’à prétendre que l’organisation du mariage est de lui (le film met en évidence que ce n’est pas tout à fait vrai). Ce n’est pas totalement faux non plus, c’est même dans l’ordre des choses. Mais l’essence du film se situe ici, dans cette phrase, ce credo, de Bacri : « On s’adapte ». Il faut s’adapter au rythme, soutenu, caméra à l’épaule et plans séquences à l’appui (donnant des aspects documentaires : la fameuse scène des feuilletés aux anchois et l’eau gazeuse en est un parfait exemple). Quitte à aller jusqu’à transmettre un discours très libéral (défense des petits patrons, justification du paiement au black de certains serveurs en extra…).

Mais on pardonne tout à un film frais, vivant, énergétique et ambitieux. Véritable promesse d’un énorme succès public, Le Sens de la fête pourrait bien être en plus un succès critique. A voir, sans aucun doute.

Le Sens de la fête (2017) d’Olivier Nakache et d’Éric Toledano, avec J.-P. Bacri, J.-P. Rouve, G. Lellouche. Sortie en salle le 4 octobre.

Barbara – Abrogation du biopic par contumace

Le terme biopic est la contraction de biographical picture, un film biographique. Précisément ce que n’est pas Barbara de Mathieu Amalric. L’enjeu est alors ici de répondre à cette question : qu’est ce qu’est Barbara si ce n’est pas un biopic ? C’est l’étude des sentiments profonds suscités par la connaissance, par les traces de l’existence, de la chanteuse Barbara, par un jeune adolescent de 16 ans qui a vieilli (Amalric). Passionné par la voix, par les textes, mais peut-être plus encore par sa manière d’exister que par sa vie et ce qui l’a traversée. Une passion dévorante qui anime un Homme qui, dans un geste rempli de fatalité, essaie de faire sien un fantôme.

Et ce geste, il est cinématographique. Il est Mathieu Amalric, dans une mise en abîme, une justification scénaristique : on tourne dans le film, un autre film, sur Barbara. Cette dernière est interprétée par Jeanne Balibar, qui joue celle qui joue à être Barbara. C’est leur rencontre qui constitue le moteur du film : elle se transforme devant sa caméra. Comme un papillon sortant de sa chrysalide, elle change, le doute s’instille : est-ce une illusion que vit le réalisateur ? Ou un rêve éveillé ? C’est un fantôme, le fantôme qui survit à travers ces images d’archives (ou plutôt ces fausses images d’archives : c’est Balibar qui joue Barbara dedans…). Mais on oublie jusqu’aux traits de la vraie interprète, elles semblent respirer le même air.

Mêlant les techniques (fausses archives, caméra à l’épaule, longs plans séquence immortalisant un tournage de film…), on devine le fantasme. Celui de la voir, de l’avoir, pour de vrai, en chair et en os. Cette séquence exceptionnelle dans laquelle Amalric se jette devant la caméra pour se mettre dans le public écoutant Barbara à un concert. Amalric, toujours lui, qui va après le concert demander un autographe à Barbara-Balibar (vous suivez?). L’artiste répond d’un cinglant : « c’est un film sur vous ou un film sur moi ? ». « C’est la même chose ». Il a un regard d’enfant émerveillé.

Franchir l’illusion cinématographique, et le regard fasciné du réalisateur-acteur-scénariste-amoureux transi, essayer de « quitter ce décor » pour finalement rejoindre une pureté, une simplicité. Elle, sur son piano, chante. Lui, regarde, assiste. La caméra tourne autour, le blanc immaculé éclairant abondement le visage de Balibar, qui finit par disparaître à contre-jour. Ce n’était pas Balibar, peut être Barbara elle-même, ou un « spectre ». C’est ce mot qui est lâché quelques minutes après dans la séquence finale du film. La plus étrange sans doute : quelques plans, on est revenu à la maison où elle a vécu. Un châle (son châle), posé sur une chaise. C’est sa cape qu’elle a fait tombé, elle n’est plus super-héroïne, n’est plus cette femme fatale, cette séductrice, cette professionnelle, cette travailleuse, cette hystérique, ce petit animal fragile. Ou, au contraire, elle est tout ça à la fois. Elle est redevenue une femme normale, engagée (Barbara le fut véritablement contre le SIDA). Mais difficile de savoir s’il s’agit de Barbara ou Balibar. Qu’importe, finalement, pourvu que les fantômes s’impriment sur pellicule.

Barbara (2017) de Mathieu Amalric, avec J. Balibar, M. Amalric, V. Peirani. Sortie le 6 septembre 2017.

Valérian – Un fantastique et historique nanar cinéphile

L’échec de Besson

Son dernier film, Lucy, a été un énorme succès surprise en 2014. Cela lui permettait, le vent en poupe, de monter n’importe quel projet qu’il aurait eu alors à l’esprit. C’est sur une bande dessinée de science-fiction française que son choix s’est portée. On ne va pas s’attarder dessus dans la mesure où les enjeux et les problématiques liés à l’adaptation n’ont ici que peu d’importance. Il semble, de plus, que les auteurs de l’œuvre aient aimé le film.

Cependant cela ne suffit pas. Le mal est fait : Europa Corp, qui produit et distribue le film, misait sur son succès pour la réalisation de plusieurs suites. Ce qui n’arrivera sans doute pas. En effet, le film est un échec : le film n’a rapporté au 14 août que 90 millions de dollars au box office mondial pour un budget de presque 200 millions de dollars. Il faudrait ainsi que le film cartonne en Asie pour éviter la catastrophe.

Comment expliquer cet échec ? Le Besson Bashing, un sport historique dans la critique française, repose sur l’idée que Besson serait un incompétent qui ne sait rien faire de bien. Pourtant, il est à l’heure actuelle le seul réalisateur français à avoir su monter un tel projet, d’une telle envergure. De plus, son « incapacité » notoire lui permet de tourner. Uniquement parce qu’il fait gagner de l’argent ? Inexact. Parce qu’il est un bon réalisateur.

Besson au pied de la lettre

Qui est Besson ? Un enfant en fait. Un gamin un peu malin, un peu surprenant, bref, un jeune prodige qui sait comment le système fonctionne, comment l’exploiter, sans avoir des capacités au dessus de la moyenne. Luc Besson, c’est un peu un enfant précoce, ni plus, ni moins. Plus intéressant : il est libre. Depuis que ses films sont considérés comme cultes, aux États-Unis comme en Europe, il possède une capacité de financement énorme juste avec son nom. Des films comme Le Cinquième élément ou Léon, objectivement ridicules, barrés, sont en fait déjà des plaisirs personnels communicatifs pour Luc Besson. Connaissons-nous quelque chose de plus fou que Jean Reno capable de dormir assis sur un fauteuil et qui a pour seul ami une plante verte ? Et bien, Luc Besson l’a fait.

Le véritable reproche à lui faire désormais, c’est sa paresse. Depuis plusieurs films, notamment les Minimoys, on constate qu’il ne fait plus que des choses très conforme à ce qui se fait ailleurs, et notamment à Hollywood. Luc Besson n’ose pas (plus?) sortir des sentiers battus, de peur d’être rejeté par un système industriel qu’il a participé à modeler sans jamais y avoir été accepté. Le petit « frenchie » qui reste devant la porte du paradis hollywoodien. C’est bien dommage. Parce que malgré tout, ses remontées nanardesques restent de vraies plaisirs cinéphiles. Dans Lucy, quel intérêt d’avoir invité le coréen Choi Min-sik pour mener un gang de dealer de drogue, d’autant plus que le film se déroule à Taiwan ! La réponse : Luc Besson est aussi un cinéphile. Il accomplit ainsi un rêve que les fans de Old Boy, ou de J’ai rencontré le diable, font : celui de faire rentrer cet acteur dans une pièce pour lui faire trucider des gens, foutre du sang sur les murs pour des raisons pas beaucoup plus profondes que « gna gna, je suis un méchant ultra-violent ». On avait, d’ailleurs, le même méchant dans Léon, mais incarné par Gary Oldman, en flic ripoux tueur d’enfant. Il manque alors chez Besson d’une véritable capacité de ré-invention.

Et Valérian dans tout ça ? On garde la même logique, et on recommence avec beaucoup d’argent : la présence de Rihanna (et, moins médiatique, de l’excellent Ethan Hawke!), ayant été largement utilisée lors de la communication autour du film, mais qui se limite finalement à 3 scènes… L’influence de d’autres films de science-fiction aussi, qui donne parfois un sentiment de déjà vu, ou de référence perpétuelle un peu perturbant (la voix du héros qui fait penser à celle de Néo dans Matrix, les vaisseaux qui évoquent Star Wars,…). L’ironie, c’est que tout cela n’est pas juste un mix-SF de fanboy. C’est justement Valérian, et plus largement la science fiction française qui avait inventé tout ce sur quoi Hollywood se reposera pendant les années 1970. C’est, en réalité, un retour aux sources. Le message à Hollywood est clair : vous nous avez pillé de notre culture, vous avez pris Mézières et Christin, vous avez pris Möbius, mais qu’importe. Nous aussi, on peut faire comme vous. C’est mal joué, mal écrit, un peu débile, moralement douteux (même si c’est vrai que l’amour est plus fort que le droit international)… C’est tout comme un film hollywoodien. Bravo Luc, chapeau bas.

Mais encore une fois le film est un échec : la presse américaine a démoli le film avant sa sortie, sans doute par peur d’une fuite des investissements, notamment chinois, vers la France, devenue plus accueillante (rassurante?) que le pays de Donald Trump. La presse française l’a froidement reçue, mais après tout, le film n’est pas très bon non plus. Seule l’Asie, et la Chine surtout, peuvent sauver du naufrage la quête bessonienne. Et si la Chine sauve Besson, nous rentrerons dans une nouvelle ère, dans laquelle les États-Unis ne font plus la pluie et le beau temps cinématographique. Ce sera, alors, une véritable révolution.

Article en réponse à la critique de Pierre Triollier
Valérian et la Cité des milles planètes (2017), de Luc Besson, avec D. DeHaan, C. Delevingne, C. Owen. Sortie le 26 juillet 2017.