Il était une seconde fois – Et si on modifiait le destin ?

Il était une seconde fois est une série en 4 épisodes d’environ cinquante minutes dans lesquelles nous suivons Vincent (Gaspard Ulliel), largué quelques mois plus tôt par sa copine, Louise (Freya Mavor). Il pense encore à elle. Un jour, le livreur dépose par mégarde un autre colis que le sien contenant un cube lui permettant de revenir quelques mois en arrière, à l’époque où il était encore avec Louise. Il va alors tout tenter pour la reconquérir. Si la série ne fait pas l’unanimité dans la critique, elle fait pourtant largement ce qu’on attend d’elle. Sur la forme, rien à dire, les images sont aussi poétiques que l’histoire, le format d’image permet au spectateur de s’y retrouver, malgré les allers-retours dans le temps : l’image est au format 4/3 dans le passé, et en 16/9 dans le présent.

Sur le fond, la trame tient le spectateur en haleine. Même lorsque l’on croit perdre le fil, on y est encore accroché. Les 4 épisodes suffisent, on en sort rassasié, signe que la série a été bien menée. Les personnages sont assez travaillés pour que l’on s’y attache, que l’on croit à leur histoire. Les problématiques évoquées dans la série (relations extra-conjugales, les réactions des enfants, les dilemmes entre le cœur et la raison…) sont parfaitement menés. Le personnage de Vincent est un véritable coup de cœur tant il s’avère extrêmement touchant : on s’identifie à lui, à ses doutes, à ses envies, à la difficulté qu’il a de gérer sa vie lorsque le passé revient le chercher. Qui n’a jamais voulu modifier le passé pour changer le cours des choses, même un instant ? Plus largement, la thématique est bouleversante : peut-on vraiment modifier notre destin ?

Et le cube dans tout ça ? Il ne dérange pas. Même si cet élément fantastique peut faire osciller la « crédibilité » de l’histoire, le reste est si proche d’évènements vraisemblables qu’on l’oublie, d’autant plus que personne ne croit Vincent lorsqu’il l’évoque. De même, tous les personnages parallèles, toutes les interactions qui pourraient paraître inutiles ailleurs, viennent appuyer l’illusion du quotidien. Que ce soit un voisin avec des secrets, une gamine à la rue ou un père millionnaire, chacun est une pièce formant un puzzle complexe et subtil.

Bref, une mini-série aussi plaisante pour les yeux que pour le cœur, et encore une belle prouesse de la part de Gaspard Ulliel.

Pour garder le plaisir de la découverte, nous nous arrêterons ici, mais n’hésitez pas à nous faire part de vos avis dessus !

La série est encore disponible en VoD sur le site d’Arte jusqu’au 26 octobre

Il était une seconde fois (2019) de Guillaume Nicloux, Nathalie Leuthrau Avec Gaspard Ulliel, Freya Mavor, Steve Tran. Série terminée en quatre épisodes.

Auteur : Roxanne Tour

Étudiante lyonnaise, membre de l'association LYF - Le Film Jeune de Lyon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *