Un départ réussi pour le deuxième Festival du Film Jeune de Lyon !

C’était avec une certaine émotion que l’équipe du Festival du Film Jeune de Lyon s’est réunie mercredi soir dans l’amphithéâtre Malraux de l’Université Lyon 3 pour l’ouverture de sa 2e édition.

Ce fut l’occasion pour les partenaires du festival de s’exprimer sur l’importance de défendre le cinéma jeune et ce format si précieux qu’est le court-métrage. Matéo Balestriero, réalisateur de Game of Tongs : the Last Fight, primé l’année passée, est venu avec sa bonne humeur et son énergie animer une soirée forte en émotions. Le président de l’association LYF, organisant le festival, a d’ailleurs rappelé l’histoire de celui-ci: initialement le projet d’une bande de potes… qui commence à prendre de l’ampleur !

Julia Chapot, aussi lauréate de la première édition pour son Video Killed the Radio Star, est ainsi venue présenter émue, en avant-première, son dernier court-métrage, Da Lost Boyz. Sorte de relecture punk de Peter Pan qui n’a pas manqué de réveiller l’auditoire, qui a très justement rendu hommage, dans une salve d’applaudissements, au travail exceptionnel fourni par l’équipe du film (présente dans la salle). Il sera d’ailleurs projeté le 23 septembre à 11h30 au Zola, et nous pouvons vous assurer que le succès y sera au rendez-vous !

Après une heure et demi aussi énergétique, force est de constaté que cette nouvelle édition, particulièrement prometteuse, commence sous de bons auspices. Rendez-vous le 20 septembre pour découvrir les premiers films en compétition du festival. N’oubliez pas que la clôture aura lieu le 30 septembre à 10h30, au Comoedia : elle sera gratuite, et suivie de la projection des films lauréats. Ce serait bête de rater ça !

Site officiel du Festival du Film Jeune de Lyon
Lien vers l’événement Facebook du Festival du Film Jeune

Lien vers l’événement Facebook de la conférence suivie de la projection « Pasolini »

Dernière minute : Da Lost Boyz de Julia Chapot en avant-première au Festival du Film Jeune !

Annonce exceptionnelle de dernière minute : Julia Chapot viendra présenter à l’occasion de la cérémonie d’ouverture du Festival du Film Jeune de Lyon, en avant-première et en exclusivité, son nouveau court-métrage Da Lost Boyz.

De quoi parle Da Lost Boys ?

Julia Chapot : « C’est une adaptation libre de Peter Pan, mais dans les années 90. Ca raconte l’histoire d’un jeune punk, qui s’appelle Wolfgang, sensé devenir mineur comme son père. Le jour de ses 16 ans, son grand frère Peter va venir le chercher et lui proposer de l’amené au Netherland, son dernier échappatoire. »

A quelle occasion as tu réalisé ce film ?

Julia Chapot : « J’ai fait le film dans le cadre de ma dernière année à Factory, où l’on prépare un projet de fin d’études. C’est un peu sensé être un tremplin entre le monde de l’école et le monde professionnel. Une partie de l’équipe du film était déjà sur mon précédent court-métrage, Video Killed the Radio Star. »

Da Lost Boyz sera ainsi présenté en avant-première au Festival du Film Jeune de Lyon. Qu’est ce que ça signifie pour toi ?

Julia Chapot : «  C’est un peu une avant-première surprise ! On en avait une de prévue deux semaines après [le 23 septembre, au Zola, ndlr]. Quand monsieur le président du festival nous a proposé de faire l’ouverture, on était super content. On avait reçu le prix du meilleur film étudiant et le prix de la meilleure image l’année dernière. C’est une manière de « boucler la boucle », voir où on en est un an plus tard. En plus, la cérémonie d’ouverture sera animée par Mateo Balestriero ! »

Nous avions déjà rencontré Julia Chapot, pour revenir sur son expérience lors de la précédente édition du festival.

La cérémonie d’ouverture aura lieu le 13 septembre 2017 à 18h30, dans l’auditorium Malraux de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (16 rue Rollet, Lyon 8). La cérémonie d’ouverture est ouverte à tous et gratuite. Vous pouvez réserver vos places en suivant ce lien.

Lien vers l’événement Facebook de la cérémonie d’ouverture
Lien vers l’événement Facebook du festival

Cérémonie d’ouverture du Festival du Film Jeune : Mateo Balestriero en maître de cérémonie !

Le Festival du Film Jeune de Lyon 2017 se déroulera du 20 au 30 septembre dans toute la métropole. Le festival connaîtra une cérémonie d’ouverture exceptionnelle le 13 septembre 2017 à 18h30, avec toute l’équipe et nos partenaires, dans l’amphithéâtre Malraux de l’Université Lyon 3 – Jean Moulin. Ce sera ainsi une formidable occasion de célébrer le film jeune tous ensemble, et de pouvoir dévoiler les premières images d’une seconde édition qui s’annonce d’ores et déjà exceptionnelle. La cérémonie d’ouverture est ouverte à tous et gratuite.

La cérémonie sera animée par Mateo Balestriero, réalisateur et membre du duo Crazy Lutins avec Lucas Fitoussi. Il a reçu lors de la précédente édition le Prix du Meilleur film étudiant pour son court-métrage Game of Tong: the Last Fight.

Mateo Balestriero : « L’année dernière, le festival a été une bonne expérience pour moi. Je n’avais pas de court-métrage pour y reparticiper cette année. Cette proposition d’être maître de cérémonie me permettait de participer au festival d’une autre manière. Je voulais tenter l’aventure. »

Nous avions déjà rencontré Mateo Balestriero, pour revenir sur son expérience lors de la précédente édition du festival.

La cérémonie d’ouverture aura lieu le 13 septembre 2017 à 18h30, dans l’auditorium Malraux de l’Université Jean Moulin Lyon 3 (16 rue Rollet, Lyon 8). La cérémonie d’ouverture est ouverte à tous et gratuite. Vous pouvez réserver vos places en suivant ce lien.

Lien vers l’événement Facebook de la cérémonie d’ouverture
Lien vers l’événement Facebook du festival

[Cannes 2017] Un Beau Soleil Intérieur de Claire Denis

Vu dans le cadre de la reprise du Festival de Cannes au Comoedia.

Prix SACD – Quinzaine des réalisateurs

Ce qui marque immédiatement dans le nouveau film de Claire Denis, c’est le visage de Juliette Binoche, actrice qu’on ne présente plus désormais… Mais bizarrement, qu’on aura l’impression de ne jamais avoir vu avant. Ces gros plans – presque impudiques – qui mettent en avant ce regard tantôt brillant, tantôt mouillé, d’un naturel profondément bouleversant. Ses sourires, rares, illuminent l’écran. Comme le film raconte les déboires amoureux de cette femme qui n’est ni une jeune femme dans la fleur de l’âge, ni une femme « périmée » (si l’on peut dire quelque chose comme ça) et qui connait encore des hommes, elle garde l’espoir qu’un jour, elle rencontrera ce prince charmant que l’on nous promet sans jamais vraiment le trouver. C’est un film finalement assez sombre, en tout cas larmoyant par moment. Mais la sincérité de son actrice principale est telle que l’on ne peut nier que la sensibilité exacerbée qu’elle joue donne au film une tonalité captivant.

Ces hommes, justement, lui sont profondément proche : imparfaits, inexacts, injustes, insolents, intolérables. Mais jamais profondément mauvais, mais jamais celui que cette femme recherche. Elle va même rencontrer un medium – ou plus qu’un medium : (désolé du spoiler) Gérard Depardieu lui-même. Qui d’autre pourrait promettre qu’un jour elle trouverait ce « beau soleil intérieur », nécessitée pour atteindre le bonheur ? Après tout, avec sa présence lourde, sa voix ayant toujours malgré l’âge ce petit quelque chose d’unique, ce regard, ce nez (et quel nez!), Depardieu s’offre une (courte) apparition mémorable face à une Juliette Binoche qui, sans dire un mot et seulement par la grâce de la mise en scène, reste au cœur de cet entretien aussi colossal entre deux des plus importants morceaux du cinéma mondial.

Pourtant, un regret, un seul plan : celui sur la Tour Eiffel, assimilable à un phare avec ses faisceaux lumineux, introduisant un dialogue entre un homme et Binoche au sujet de leur relation. A quoi sert-il ? Nous rappeler que le film se déroule à Paris ? Inutile. Nous dire que la Tour Eiffel est le phare de Paris, ville des amours ? Que la Tour Eiffel est une métaphore, ce serait grossier, parce que gros, parce que déjà vu à peu près partout. On se plaît à croire que non, que Claire Denis a réalisé un film beaucoup plus fin. On se plaît à croire que la finesse justement du film l’emporte sur tout le reste, et que le visage de Juliette Binoche restera aussi lumineux que dans les derniers plans du film. Il est alors tellement plus éclairant que celui sur la Tour Eiffel.

Le film sortira en France le 27 septembre 2017.

Nos remerciements aux équipes du Comoedia pour la projection du film.